L’immobilier commercial se met au vert

Aujourd’hui plus qu’hier, nous prenons tous conscience de notre impact sur l’environnement.

Face à ce constat, de nombreuses entreprises ont adapté leur manière de penser, de travailler, de produire et de commercialiser.
Cette démarche s’amorce déjà par la réflexion écologique orchestrée par les compagnies de construction.

Utilisation de matériaux recyclables et recyclés, étude énergétique, mise aux normes environnementales : l’immobilier commercial se met au vert pour suivre la tendance.

Le vert booste l’immobilier

Que ce soit en matière d’immobilier résidentiel ou commercial, l’environnement est au cœur des préoccupations des grands opérateurs du secteur.

Car construire aujourd’hui implique de tenir compte du cycle de vie du bâtiment. Que ce soit avant – pendant – après la construction, on analyse son impact sur son entourage, son intégration dans le paysage…

Outre le respect de l’environnement, les promoteurs, architectes, investisseurs… veulent aussi proposer des bâtiments à haute performance énergétique, qui permettent aux futurs utilisateurs de poursuivre la démarche écologique au quotidien.

Parmi les arguments en faveur du « green », il y a bien entendu la diminution des coûts énergétiques. Car même si une réduction d’impôts n’est pas encore à l’ordre du jour pour les propriétaires ou locataires, l’investissement de départ est souvent valorisé par une réduction des charges énergétiques.

Un vrai avantage pour le portefeuille d’une société !

Autre point positif incitant les entreprises à investir dans l’immobilier vert : l’engagement écologique.
Aujourd’hui, travailler dans un bâtiment respectant l’environnement devient à la fois un état d’esprit mais également une image de marque pour la société. Certains disent même qu’adopter une attitude responsable pour l’environnement devient même un argument de vente !

RealCorp is marketing the One on One building at 1 route d'Esch, Luxembourg

Photo: One on One Building

Des normes au service de la construction basse énergie

Garantir l’efficacité énergétique en matière de construction est une préoccupation mondiale.

Afin d’harmoniser les efforts consentis par les constructeurs et autres intervenants, il était donc nécessaire de pouvoir s’appuyer sur des références permettant d’attester officiellement de la qualité énergétique et environnementale des bâtiments.

C’est ainsi que des certifications et des normes ont été mises au point.

La démarche HQE
Concept environnemental français, la « Haute Qualité Energétique » (HQE) est une démarche de qualité, visant à un meilleur confort dans la construction et l’usage d’un bâtiment.

Son approche se base sur un coût global, aux niveaux financier et environnemental, en envisageant un projet de construction, de sa conception à sa fin de vie, en passant par un bilan énergétique, un bilan carbone et une analyse du cycle de vie, d’entretien et de renouvellement du bâtiment en question.

Principe de développement durable exporté aujourd’hui à l’étranger (et notamment au Luxembourg), le standard HQE n’est ni une réglementation, ni un label ; il s’agit plutôt d’un référentiel visant à améliorer des points-clés de la construction, répartis en une quinzaine de domaines et visant à :

  • la gestion des impacts sur l’environnement extérieur ;
  • l’harmonisation entre la construction et son environnement ;
  • le choix de matériaux intégrés ;
  • l’absence de nuisance dues au chantier ;
  • la diminution au niveau de l’utilisation d’eau, d’énergie, de perte de déchets ;
  • la création d’un environnement intérieur agréable à vivre ;
  • le contrôle de la qualité de l’air et de l’eau…

BREEAM (BRE Environmental Assessment Method)
D’origine anglo-saxonne, le label BREEAM est le référentiel le plus ancien et le plus utilisé à travers le monde.

Il constitue un standard de référence en termes de construction durable et, par extension, est devenu une méthode d’évaluation utilisée pour décrire les performances énergétiques d’un bâtiment.

En se basant sur ce label, on peut ainsi comparer des bâtiments sur leur impact environnemental et on offre au constructeur une check-list à suivre pour garantir le faible impact de la construction sur l’environnement.

Parmi les domaines couverts par le label, on retrouve, entre autres :

  • l’étude des coûts de construction, d’exploitation, de maintenance et de fin de vie ;
  • le choix des matériaux respectueux de l’environnement ;
  • le monitoring des émissions de CO2, des consommations d’eau ;
  • le respect de l’environnement humain et naturel…

DGNB (Deutsche Gesellschaft für Nachhaltiges Bauen)

Le Conseil allemand pour le Développement durable (DGNB) a été fondé en 2007 et a pour but de promotionner des bâtiments durables et plus écologiques dans le futur.

Depuis 2009, le DGNB procède à l’élaboration d’un système de certification indépendant et reconnu des quartiers urbains, en conformité avec les principes de certification des bâtiments.

L’évaluation porte sur l’ensemble des bâtiments du quartier et se base sur 45 critères spécifiques, organisés en 5 groupes « qualité » différents : qualité écologique, économique, sociale et culturelle, technique
et qualité du processus.

Au Luxembourg, 2 projets ont reçu la certification GOLD, à savoir le Ban de Gasperich et Esch-Belval.

L’écologie à tout prix… a un prix !

Quelque soit la norme choisie et le projet, construire, acheter ou louer un bâtiment vert nécessite un certain investissement.

En plus du choix des matériaux techniques, la démarche écologique s’étend aux structures avoisinantes, en proposant des aménagements intelligents et adaptés à la vie des utilisateurs tout en respectant la nature et l’environnement existant.

Cependant, comme nous l’avons vu précédemment, l’immobilier « durable » est bien plus qu’une histoire financière ! Car il reflète la philosophie d’une société et devient sa carte de visite, tant en termes de responsabilité sociale que de respect de l’environnement.

Notons tout de même que vu les coûts, les clients d’aujourd’hui sont surtout des entreprises de moyenne à grande envergure, qui peuvent justifier et absorber des charges immobilières plus élevées.

 
Sources :
http://www.leconomiste.com/article/les-cahiers-de-lemergencebrnorme-hqe-les-premiers-pas-de-la-construction-ecolo
http://www.lenouveleconomiste.fr/lesdossiers/immobilier-dentreprise-10057/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Haute_qualité_environnementale
http://www.pwc.lu/en/sustainability/docs/pwc-certification-breeam.pdf
http://www.paperjam.lu/communique-de-presse/fr/ban-de-gasperich-premier-quartier-de-la-ville-de-luxembourg-certifie-dgnb-gold
http://www.dgnb.de
http://www.breeam.org
Posted in Immobilier Vert | Tagged , , , , , , , , , | 1 Comment

One Response to L’immobilier commercial se met au vert

  1. Pingback: ONE ON ONE pré-certifié Breeam Excellent - RealCorp Luxembourg

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.